h1

Devenir un pseudo-anarchiste en huit étapes faciles

Mardi, 12 février 2013

Image

 

Vous n’avez pas de vie et vous vous cherchez quelque chose à faire pour remplir cet immense vide qui vous pollue l’existence depuis toujours ? Parfait c’est exactement ce qu’il faut pour être un pseudo-anarchiste. En ayant un travail et des responsabilités, c’est très ardu de remplir les conditions qui seront expliquées dans les prochaines minutes.
 

1. VOUS ÊTES PEUREUX ? PAS GRAVE 

Soyons honnête, en groupe vous faites des choses que vous ne feriez pas si vous étiez seul. Provoquer les policiers, provoquer des gars beaucoup plus costauds que vous, bloquer la route à des voitures. Mais ce n’est pas tout, avec l’arrivée des téléphones cellulaires et de You Tube, c’est le Saint Graal. 

 
Maintenant, non seulement vous pouvez utiliser la protection du groupe pour devenir un courageux de salon, mais vous pouvez aussi utiliser la vidéo pour menacer ceux que vous harceler. Comme c’est merveilleux.
 
Je sais ce que vous allez me dire. « Oui mais d’avoir un téléphone intelligent et utiliser l’internet et You Tube, ce n’est pas aller contre tout ce que le mouvement anarchiste prône ? » Oui mais vous êtes un pseudo anarchiste vous vous rappelez ? Alors on ne va pas s’enfarger dans les fleurs du tapis pour des détails de logique et de cohérence. 
 
Critiquer le capitalisme sur un téléphone conçu par l’une des plus grandes entreprises capitalistes ayant existé ne devrait pas être un frein à votre envie d’être un pseudo anarchiste.
 

2. UTILISEZ DES TERMES QUE VOUS NE MAÎTRISEZ PAS MAIS QUI FRAPPENT

Y a des mots clés qui frappent. Des gestes même peuvent être utilisés sans aucun scrupules parce qu’après tout, vous êtes un anarchiste donc, pas de loi. C’est beau hein ? Parlez de capitalisme, de néo-libéralisme, d’impérialisme et autre chose finissant en –isme qui semble effrayant. 

 
Évoquez la désobéissance civile, la résistance et l’ordre et vous aurez presque l’air crédibles. Faites du name-dropping: Martin Luther King, Rosa Parks, Ché Guevara. N’ayez pas peur, y en a plein.
 
Citez Gandhi, Sun Tzu et tout autre homme historique respecté et distortionnez leurs meilleures citations pour les accoler à votre cause. N’importe qui connait l’histoire et les contextes vous trouverons ridicules mais la plupart des gens sont des ignares donc…
 
Bien sûr si je vous faisais un quiz là, à brûle pour point, sur ce que veulent dire ces mots, vous seriez tellement à côté de la track que vous ne verriez plus le train passer. Mais encore une fois, des détails. Vous n’avez pas de comptes à rendre à personne, c’est ça la beauté de l’affaire.
 
Écoutez bien, vous vous demandez jusqu’où vous pouvez aller ? Vous ne le croirez pas. Le salut hitlérien ! Oui oui je vous jure. Vous le faites et quelques idiots vont vous condamner sur les médias sociaux mais c’est tout. On n’est pas en Allemagne où vous pourriez vous faire emprisonner pour ce geste dégradant. 
 
Peu importe que vous salissiez la mémoire des millions de victimes de l’holocauste et de leur famille qui ont souffert, votre cause est plus importante que tout. Encore une fois, vous faites ce que vous voulez et de toute manière, ils sont morts right ?
 
Vous êtes au Québec. L’endroit où on vous donne 45 avis que votre manifestation est illégale avant de prendre les mesures plus féroces pour vous faire partir. Vous êtes au Québec où on créée une loi spécialement pour vous mettre des bâtons dans les roues, spécialement vous visant VOUS et votre groupe, mais où les policiers ne l’appliquent pas. Vous êtes morts de rire ? Moi aussi. Les cons.
 

3. ENTRETENEZ LES THÉORIES DU COMPLOT

Ce point-ci est très très important alors soyez attentifs. Établissez des complots partout ! C’est facile parce qu’encore une fois vous n’avez pas de preuves à donner. Vous n’avez qu’à le mentionner et vous réfugier derrière pour justifier toutes vos actions. 

 
Des exemples ? Facile. Prétendez que tous les médias d’un organisme de presse font partie d’un grand complot global contre vous. Exemple La Presse, ou le Journal de Montréal ou les deux, who cares ?
 
Donc prétendez que parce que Desmarais a reçu le premier ministre Charest dans son domaine, que tous les journalistes sont contrôlés par lui et écrivent ce qu’il demande. Enlevez tout cerveau, tout éthique et toute fierté personnelle aux journalistes, ils sont les petits chiots de Desmarais, ils le sont tous. Ils se sont fait « brainwasher » par Desmarais avec un ingrédient dans l’eau de la bâtisse de la rue Saint-Jacques.
 
Voici un exemple de rapprochement facile que vous pouvez faire pour justifier des complots. La station de radio 98,5 à un animateur vedette qui s’appelle Paul Arcand, son frère Pierre Arcand a déjà été à la tête de Corus Québec qui avait 98,5, Pierre Arcand est ministre du gouvernement Charest, le 98,5 est donc l’objet de propagande du Parti Libéral. BOUM ! Facile hein ?
 
Vous pouvez faire plein de théories du complot comme ça facilement et sans devoir le prouver parce que ? Hé oui, vous n’avez pas à vous préoccuper des faits. Dites n’importe quoi et faites le salut hitlérien, vous êtes un anarchiste.
 

4. PLUS VOUS CRIEZ, PLUS VOUS AVEZ RAISON

Quand un journaliste vous interview ou quand vous appelez dans les lignes ouvertes, parlez fort. Parce qu’une grosse conception dans le monde anarchiste est que plus on crie, plus on a raison. Celui qui crie le plus fort possède la vérité. Il est donc important de :

 
- Parler plus fort que votre interlocuteur
- Lancer des mots clés du point 2
- Sacrez
- Ayez l’air choqué choqué
- Soyez agressif
- Ne vous laissez pas interrompre et terminez votre cassette
 
Il y a une convention dans la société moderne où une personne prend la parole, l’autre écoute. Ensuite celui qui écoutait rétorque et celui qui parlait écoute. Plus maintenant. Vous parlez, les autres écoutent. Ce n’est pas une discussion, c’est un monologue. Vous êtes Yvon Deschamps mais sans le côté comique. Quoi que parfois vous direz tellement d’absurdités que les gens partiront à rire devant vous mais ne vous laissez pas décontenancer.
 
Continuez, criez et terminez ce que vous avez à dire même si l’autre tente de prendre la parole.
 
Quand on n’a pas d’argument, c’est la meilleure façon de sortir indemne d’une « discussion ». Si vous êtes dans une ligne ouverte, raccrochez après avoir appelé sans attendre la réplique. Ça met tout le monde en crisse et vous croyez vraiment être un anarchiste. 
 

5. AYEZ PEUR DE VOS OPINIONS EN VOUS DÉGUISANT

 
Bon, tout pseudo-anarchiste doit au moins se procurer le « starter kit » du parfait anarchiste. Après tout, vous êtes un peu wacko mais pas totalement inconscients. Vous n’allez pas aller vous montrer votre face à la télé et faire honte à votre grand-mère. Vous devez donc au minimum vous procurez :
 
1. Le sac à dos
2. L’anorak
3. Les lunettes de ski
4. Le foulard ou bandeau
 
Ça c’est votre kit de départ. Vous pouvez acheter ça dans n’importe quel commerce capitaliste sale. Si vous voulez être plus « hardcore », achetez-vous des Doc Martens et mettez 7-8 boules de billard dans votre sac à dos. Ne demandez pas pourquoi, vos Kamarades vous le diront.
 

6. INSULTEZ CEUX QUI NE PENSENT PAS COMME VOUS

Il est de bon ton d’insulter les gens qui ne pensent pas comme vous. Je sais que vous aurez tendance à dire « Je respecte ton opinion mais… » NON ! JAMAIS ! Vous allez le traiter d’imbécile, de crétin et d’être à la solde de Charest et des Libéraux. Vous allez le traiter de capitaliste sale. C’est tu clair ?

 
Il est important aussi de tenter de les culpabiliser en disant des choses comme « Au moins nous on tente de changer les choses », ou encore « C’est ça, restez la tête dans le sable » ou autre sottise du genre. Bien sûr vous n’avez aucune idée de ce qu’ils font mais vous assumez. C’est bien plus le fun. 
 
Probablement qu’ils font 40 fois plus pour la société et pour l’avenir du Québec que vous mais ce n’est pas vraiment important. Ce qui importe c’est le poids des mots. Si vous les insultez sur Twitter, n’oubliez pas de les bloquer et déclarer comme spam. Jouissif.
 

7. NE PRENEZ AUCUNE RESPONSABILITÉ POUR VOS GESTES

Vous vous demandiez où était le plus grand plaisir dans le fait d’être un pseudo-anarchiste ? Nous y sommes. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez et ensuite jouer à la victime.  Vous pouvez même casser tout et vous justifier avec des arguments qui n’ont aucun rapport avec vos gestes.

 
Brisez des voitures, des vitrines de magasins mais surtout, SURTOUT de banques, ce symbole du capitalisme. Si les policiers vous attaquent, alors vous criez à la brutalité policière, vous pleurez devant les caméras les yeux rougis par les gaz lacrymogènes. Ça fesse.
 
Votre force est double : Vous êtes jeunes (et supposément étudiant), et vous vivez dans une province matriarcale. Aussi incroyable que ça puisse paraître, brailler devant la caméra que les policiers vous maltraitent va fonctionner avec beaucoup de monsieur et de madame qui vont se laisser attendrir parce qu’ils ont un fils de votre âge ou une nièce. 
 
Mettez le fait de briser des fenêtres sur comment Charest est corrompu. Brisez des voitures d’honnêtes citoyens parce que les policiers vous bousculent, mettez le feu partout parce que, que sais-je ? Scott Gomez est encore à Montréal. N’importe quoi pour vous dédouaner fera l’affaire. 
 
Ha oui n’oubliez pas de crier à la dictature, au fascisme et à l’état policier. Je sais que ça n’a pas d’allure mais ça fonctionne. Trust me.
 
Ce qui m’amène au dernier point. 
 

8. RÉÉCRIVEZ LE CODE CRIMINEL ET LES FONDEMENTS DE LA DÉMOCRATIE

Vous allez me traiter de fou mais je vous jure que cet argument est utilisé souvent avec plus ou moins de succès.

 
Reniez les lois ou les principes démocratiques à votre avantage. Je suis très sérieux.
 
Une loi ne fait pas votre affaire ? Faites comme Jean-François Harrison: ne la reconnaissez pas.
 
Pousser l’audace jusqu’à ne pas reconnaître la cour est d’étirer la sauce mais bon, pourquoi pas. Vous n’avez rien à perdre. Non littéralement à part votre iPhone et quelques fins de semaine, qu’avez-vous à perdre ? Rien.
 
Justifiez d’enfreindre des lois parce que vous n’êtes pas d’accord avec son existence. Ne respectez pas des principes démocratiques comme par exemple si le PLQ est réélu, vous n’allez pas respecter le vote. La démocratie c’est pour les mauviettes. C’est votre démocratie qui compte, pas celle de votre société. Vous êtes contre la société remember ?
 
Prenez ce qui vous plait, reniez le reste. C’est un buffet "All You Can Eat". Servez-vous et recrachez le reste sur ces cons qui vont travailler chaque jour et paient la majorité de vos études, vos services sociaux, vos soins de santé. 
 
Ces connards sont à votre service. Dites le haut et fort. Et assumez votre rôle de pseudo-anarchiste.
 
Bien sûr ça va durer quelques années et bientôt vous allez vieillir et vous rendre compte que vous disiez n’importe quoi mais au moins vous allez pouvoir dire que VOUS êtes descendu dans les rues en versant une larme en pensant être la réincarnation du Ché et des jeunes de Mai 68.
h1

Triste reflet

Lundi, 10 janvier 2011

Ce qu’il y a de terrible dans une tragédie comme celle qui a touché Tucson en Arizona ou encore n’importe quel meurtre c’est l’échange sociétal.

Souvent celui qui survit, le tueur, est un sombre trou de cul alors que la victime rapportait plus à la société en général. Si on avait le choix, c’est l’idiot avec le gun qu’on aurait sacrifié.

Évidemment je ne parle pas ici de tuerie entre membres de gang de rue ou autre criminel. Qu’ils s’éliminent entre eux, ça ne dérange pas grand monde a part leur mère et même là, c’est questionnable.

Mais dans le cas de Tucson, le tueur est un déficient mental. C’est clair. Il aurait dû être en train d’avoir des traitements mais ironiquement il a attenté à la vie d’une personnalité politique qui était pour le système de santé universel et il a été motivé par des polémistes anti système de santé. Ceux qui contribuent à ce qu’il n’ait pas de soins et que ce fou furieux se promène dans les rues librement avec une arme semi-automatique.

Les États-Unis sombrent de plus en plus dans une caricature d’eux-mêmes. Rarement a-t-on vu un débat aussi polarisé. Rarement a-t-on vu autant de conneries dites au nom de la liberté d’expression.

Ca serait le paradis de ce con de Jeff Fillion. Malheureusement pour lui, il travaille au Canada.

Il n’y a rien de plus drôle que d’entendre un épais lire la constitution en pleine chambre. Encore plus ridicule quand il se trompe et lis plutôt la déclaration d’indépendance.

Mais ce qui est le plus ridicule c’est de voir ces extrémistes de la droite maintenant dire qu’ils n’ont rien à se reprocher, que c’est l’œuvre d’un déséquilibré.

Ils pourront répéter ça tant qu’ils le voudront. Ça ne changera pas que par leur rhétorique inutilement violente, leur glorification des armes à feu et du sang versé, ils se seront rendus coupables de complicité envers le tueur qui aura bu leur parole et les aura utiliser comme un extrémiste musulman utilise le Coran a sa façon pour justifier sa folie.

Sarah Palin n’aura jamais paru plus idiote qu’aujourd’hui. Et Dieu sait qu’elle a eu l’air d’une connasse finie plus d’une fois.

Elle n’est pas la seule porte étendard de la folie qui est arrivée en Arizona mais elle en est le poster child. Une pauvre fille un peu conne qui n’a pas la capacité intellectuelle de mesurer ce qu’elle dit et ce qu’elle fait.

On l’a mis dans un poste et un environnement et une position qui dépasse son intelligence et comme le tueur fou, ses limites cérébrales la rendent plus dangereuse que drôle.

Et c’est ça, le plus épeurant !

h1

La vérité sur Halak qui aurait sauvé le Canadien 3 fois

Vendredi, 19 mars 2010

Une chose que j’entends souvent et qui me fait toujours bien rire c’est que Halak a sauvé la saison du Canadien l’an passé et qu’il a presque fait la même chose il y a trois ans (quand il a remplacé Huet).

Soyons un peu sérieux. Il y a trois ans, Halak a goalé 16 games. Si on sauve une saison de 82 matchs en 16 games, y a quelque chose qui fonctionne pas. Surtout avec une fiche de 10-6.

Ensuite, on entends souvent que Halak a sauvé le Canadien en fin de saison pour leur faire faire les séries. Les gens se souviennent d’une bonne séquence de Halak au cours de laquelle il a eu 4 victoires consécutives. Encore une fois, si on sauve une saison avec quatre victoires, y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans le monde du hockey.

Les gens ont tendance à oublier que quand Price s’est blessé après sa victoire contre le Lightning, Halak a été très "shaky" en relève. Il avait un pourcentage inférieur à .900 dans les 9 matchs qu’il a gardé et même s’il a eu une fiche respectable de 6-3, le Canadien devait souvent marquer 5 et 6 buts pour remporter le match.

On dit aussi que Price a été affreux la saison dernière. Je pose donc la question, en quoi la fiche de Halak de 18-14-1 a permis davantage au Canadien de faire les séries que la fiche de 23-16-10 de Price ? C’est donc une mauvaise conception de ce qui s’est passé.

Cette saison, Halak a été excellent. Au moment où l’on se parle, Halak a toujours moins de matchs de jouer que Price et Price a encore joué plus de matchs que Halak contre le top 15 et presque tous les matchs sauf un contre le top 5.

J’ai déjà fait un long exposé sur la différence entre les deux gardiens selon le support offensif, notamment que Halak avait un support offensif de 3 buts et plus dans 63% de ses matchs (maintenant ça doit être rendu autour de 67%) alors que Price a eu le même support offensif dans 39% des matchs. J’ai aussi démontré que lorsque Price avait un support offensif de 3 buts et plus, il avait une fiche victoire défaites équivalente a celle de Halak et que quand Halak avait un support offensif de 2 buts et moins, sa fiche victoire défaites étaient aussi comparable a celle de Price.

Si on doit dire que Halak a sauvé une saison, la présente saison serait un meilleur exemple que les deux saisons précédentes car il a eu un vrai impact cette saison alors que les saisons précédentes, il a fait une bonne job de numéro deux, sans plus.

h1

Bernard Gauthier et George W. Bush

Mardi, 16 mars 2010

Photo: Cyberpresse

Ainsi donc, Bernard Gauthier de la FTQ-Construction de la Côte-Nord a dit aux médias aujourd’hui qu’il n’intimidait personne mais qu’il tassait les travailleurs incompétents pour assurer une compétence élevé sur les chantiers.

Ces mêmes "incompétents" seraient frustrés et l’accuserait de faire des menaces.

Et j’imagine qu’il va s’attendre à ce qu’on le croit. De toute façon, le gouvernement Bush l’a prouvé, tu peux dire toutes les énormités du monde, si tu répètes sans cesse la même chose et que t’as l’air convaincu, y a du monde qui finissent par te croire.

Si ça fonctionne pour Bush, pourquoi ça fonctionnerait pas pour Bernard Gauthier ?

Sauf que son histoire ne tient pas la route deux secondes.

Premièrement, y en a eu ben des personnes congédiées pour incompétence dans le monde. Pourtant, personne n’utilise l’argument qu’ils sont intimidés par le donneur d’emploi. Surtout une masse de personnes qui s’entendent sur la même histoire ?

C’est quoi ? Ils se sont réunis dans un sous-sol d’église pour répéter leur histoire et s’assurer que ça concorde ? Come on.

Et quand Gauthier appelle un "incompétent" pour lui dire "Ferme ta yeule, tu vas voir que minque j’te rencontre ca va aller mal, minque Rambo (Gauthier lui-meme) t’en calisse une des dents, tu vas voir que tu la trouveras pas drôle. Ferme ta calisse de yeule".

Ça c’est sa façon de lui dire "Écoute mon grand, je ne te trouve pas suffisamment compétent pour l’emploi. Je ne te recommenderai donc pas."

Pis nous autres, on est des caves.

Ca en dit long sur Gauthier et ses conseillers que le mieux qu’il a pu sortir comme connerie pour tenter de se justifier, c’est l’histoire de compétence.

C’est la preuve que souvent, t’es mieux de pas faire tes meetings à la taverne du coin.

h1

Nouvelle analyse Halak vs Price

Samedi, 13 mars 2010

Pour apporter un peu de perspective à la question des gardiens de buts, je vais faire un compte rendu de la situation des gardiens à l’aube des séries éliminatoire.

Présentement, plusieurs personnes donneraient le bon Dieu sans confession à Jaroslav Halak alors qu’on fait passer Carey Price pour un pourri, un prétentieux, un gars avec une mauvaise attitude et qui ne met pas l’effort voulu dans son jeu.

Tous des arguments basées sur ce que certains médias (surtout francophones) veulent bien laisser entendre comme message.

Moi ce qui m’intéresse de Price et de Halak, ce sont les performances sur la patinoire. Je me concentre sur ça. Comme ni vous ni moi ne sommes assez proche du Canadien pour savoir ce qui se passe dans le vestiaire et surtout dans la tête des joueurs, je ne porte aucun jugement.

Aussi, je n’accorde aucun crédibilité aux forums sur le hockey qui ont des « sources » qui vous disent une journée que Price est isolé dans le vestiaire, une autre journée que 50% du vestiaire est pro Price et l’autre est pro Halak, ensuite que Price s’est chicané avec un ou des joueurs dans le vestiaire pour ensuite apprendre que plusieurs joueurs l’aime. Je n’accorde non plus aucune importance à ceux qui veulent me parler de Price mais qui commence leur phrase par « Jesus » Price ou qui l’appelle « le joyau ». Ils sont visiblement biaisés dans leur jugement.

Surtout, évitez de me sortir des âneries comme les joueurs veulent jouer pour Halak et c’est pour ça qu’ils jouent mieux devant Halak que devant Price. C’est de la bullshit, vous n’en savez rien. Pourquoi ils ont joué très bien contre les Bruins (match gagné 4-1 par Price) et le match suivant contre les Sharks ils ont été traversés (match perdu 3-2 après une performance étincelante de Price) ? En deux jours, les joueurs ont passé de « On joue bien pour Carey » à « On le laisse seul avec ses troubles ? ».

C’est beau les histoires de Peter Pan la, mais ca demeure de la fiction. Je m’attarde donc à ce que je vois sur la patinoire.

Je l’avoue, je préfère Price comme gardien. Mais j’aime bien ce que je vois d’Halak aussi. Les deux gardiens font de l’excellent travail. Halak gagne plus souvent mais bénéficie d’un support offensif plus important.

Commençons par le début.

La fiche des deux gardiens lorsque le Canadien leur donne un support de 3 buts et plus.

Halak : 19-2-0
Price : 10-1-3

Fiche très semblable. Halak a donc un bon support offensif dans 63% de ses matchs alors que c’est 39% pour Price. A moins de sortir des théories farfelues comme quoi les joueurs ne veulent pas jouer pour Price ou autre sottises du genre, force est d’admettre que Price est fortement désavantagé par rapport à la marge de manœuvre qu’il a comparativement à Halak. La différence dans le nombre de victoires pourraient s’arrêter la et on aurait une bonne idée de la cause de cette marge mais continuons.

Quand le Canadien compte 2 buts et moins. La fiche des deux gardiens est :

Halak : 2-9-1
Price : 3-18-1

La fiche des deux gardiens est sensiblement la même. Mais on voit que Price a beaucoup plus souvent du évoluer avec un jeu de 2 buts et moins que Halak. En fait, c’est dans 61% des matchs de Price contre 36% pour Halak.

Contre les équipes présentement dans le top 15, Les deux ont cinq victoires. Par contre, Price est celui qui a affronté les équipe dans le top 5 presque exclusivement San Jose, Chicago, Vancouver, Washington et Phoenix. Halak n’a en affronté qu’un (Vancouver).

La fiche des deux gardiens contre le top 15 :

Halak : 5-8-1
Price : 5-14-2

Halak a affronté le top 15 dans 42% de ses matchs alors que Price l’a fait dans 58% de ses matchs. Il est donc vrai que Price a affronté de meilleures équipes que Halak.

Mais la statistique la plus révélatrice a mes yeux concerne le pourcentage d’efficacité. On s’entend que le seuil de respectabilité est de .900 donc si le gardien joue un match pour moins de .900, il devrait perdre et s’il joue pour plus de .900 il devrait gagner. Majoritairement en tout cas.

Voyons la fiche de victoires et défaites des deux gardiens quand ils offrent un rendement de .900 et plus dans un match :

Halak : 17-2-2
Price : 13-10-1

C’est quand même incroyable que dans les deux circonstances, Halak n’ait presque pas perdu quand il jouait pour .900 et plus et que Price dans les mêmes circonstances joue pour presque .500. Quand je dis que la victoire est sûrement la statistique la moins précise pour juger d’un gardien, c’est ce que je veux dire. La victoire dépend de tellement de facteurs : le support offensif, la performance de l’autre équipe ce jour la, les impondérables (rondelles qui dévient sur des joueurs, buts ouverts manqués par notre équipe etc.), joueurs blessés etc.

Halak a joué pour .900 dans 63% de ses matchs alors que Price a offert des matchs de .900 et plus dans 66% de ses matchs.

Dans les matchs où le gardien a joué pour moins de .900, la fiche des gardiens est de :

Halak : 5-8-0

Price : 0-9-3

Ce que ca veut dire, c’est que Halak s’est fait sauvé le derrière par l’attaque du Canadien dans 5 matchs ou il a offert une performance ordinaire ou médiocre alors que Price n’a jamais pu être sauvé dans les mêmes circonstances. Une autre différence de cinq victoires.

La constante qui revient dans cette analyse, c’est que Halak a pu jouer derrière une attaque beaucoup plus soutenue et généreuse que Price. Pour quiconque à déjà garder les buts, la pression n’est pas la même quand tu bénéficies d’une marge d’erreur de 3-4 buts et quand tu as une marge de 1-2 buts.

On peut aussi facilement dire que si Price avait bénéficié du support offensif que Halak a eu, il aurait une fiche très semblable coté victoires et défaites puisque les deux gardiens, selon le support offensif, offrent le même genre de performances.

Ça explique en tout cas pourquoi Halak, lui, GAGNE !!

**** UPDATE: Halak a été confirmé qu’il allait garder les buts ce soir contre Boston malgré sa performance atroce contre les Oilers. J’espère que pu personne aura le culot de prétendre que Price est le chouchou !!

h1

Playoffs ? Are you kidding me ?

Jeudi, 10 décembre 2009

Haha j’ai hate qu’un coach du Canadien face une sortie du genre quand un journaliste va leur demander s’ils pensent faire les playoffs !

h1

L'affaire Tiger Woods vu par Saturday Night Live

Mardi, 8 décembre 2009

L’actrice invitée est Blake Lively qui joue ici le rôle de la femme de Tiger Woods.

Ha oui pis j’aime ben les sketches "What’s up with that" avec les invités qui ont jamais le temps de parler avant que l’animateur de mette a chanter, Lindsay Buckingham qui est toujours invité mais ne parle jamais et le tata en ensemble Adidas Rouge et le gros collier qui danse comme un tata, en fait, comme moi quand je veux niaiser en dansant !

Et sans oublier la toune qui te reste dans tête.. Oohhhhhhhhhhhhhhh wiiiiiiiiiiiiiiiiiii What’s up with that !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.