Archive for septembre 2005

h1

Le show de Mailloux

mercredi, 28 septembre 2005

Bon, vous vous attendiez à quoi en voyant le Doc Mailloux invité à Tout le monde en parle ? Bien sûr il allait débiter les mêmes conneries qu’à l’habitude lui qui adore avoir les projecteurs sur lui et être le centre de l’univers.

Parce que le doc Mailloux, c’est de l’égocentrisme en vrac, c’est de la suffisance en canne. Il est prétentieux et il en est fier, bien lui en fasse. Vous ne l’aimez pas ? Faites comme moi et n’écoutez pas ses vomissements quotidiens sur les ondes de CKAC.

Mais de grâce, ne prenons pas au sérieux ce que ce curieux personnage a à dire !! C’est un homme très intelligent dans son domaine mais qui a de grandes carences sociales. C’est mon diagnostic. Ça vaut bien toutes les choses qu’il peut dire sur des personnes qu’il ne connait pas.

Il se croit investit d’une mission, il croit qu’il détient la vérité absolu. C’est correct. C’est sa vie. Je crois surtout qu’il aime créer des remous et de la controverse. Y en a comme ca, c’est pas le seul. Y en a qui s’épanouissent en créant du positif et de l’intelligence autour d’eux et d’autres font le contraire.

Mailloux, lui, c’est le contraire. C’est tout.

Ce qu’il a dit sur le supposé crétinisme de la race noire appuyé par des études, il l’a présenté comme il a voulu. Franchement, associer cela à l’esclavage et à l’élimination de l’élite intellectuelle noire du début du XXe siècle, c’est complètement stupide. Quand on sait que l’étude associait surtout le fait à la pauvreté de la population noire en occident.

Juste un point pour dire comment l’argument des esclaves est stupide. Croire l’argument de Mailloux c’est d’admettre qu’il n’y a jamais eu de noirs de souche immigrant au Canada depuis des pays africains. Que tous les noirs ici sont descendants d’esclaves américains. Évidemment c’est faux.

Comment explique-t-il que les asiatiques ont un plus gros QI que les blancs ? Les fèves germées ?

N’importe quoi !

Un dicton dit « regardez toujours de qui vient le commentaire avant d’en évaluer la pertinence… » Quand ça vient de Pierre Mailloux, me semble que c’est clair que c’est de la bullshit !!!

h1

La peine de mort

dimanche, 25 septembre 2005

Tout le monde a son opinion sur la question, voici la mienne qui date de 1998 mais j’endosse toujours le propos :)

Depuis que le verdict est tombé sur l’assassin de ce qu’il est convenu d’appeler « La tuerie du Harvey’s », les gens sont emportés par une vague incontrôlable en faveur de la résurrection de la peine de mort. À mort Tran, à mort tous les assassins, qu’on les punisse pour ce qu’ils ont fait, ils ne méritent pas de vivre etc.

Bien sûr, au premier abord on serait porté à endosser entièrement la motion. En fin de compte, tuer un meurtrier, c’est la moindre des choses. Ça a le mérite d’éliminer le taux de récidive. Mais j’ai une question très simple à poser : A-t-on à ce point confiance en notre système de justice pour établir un châtiment aussi irréversible ? Vous voulez mon avis ? Non, vraiment pas !

C’est qu’il y a eu trop de « découvertes » de personnes faussement accusées pour, moralement, être en mesure de cautionner une telle fin. Tuer une personne qui, en fait, est innocente du meurtre qu’on l’accuse est déjà une erreur de trop. Vaut-il la peine de sacrifier quelques innocents pour assouvir notre instinct de vengeance ? Nous ne sommes pas G.W Bush tout de même ….

J’entends certaines personnes dire qu’on devrait permettre la peine de mort dans les cas de crimes violents. Je veux bien, mais est-ce qu’un jugement sur un crime violent est plus sûr qu’un jugement sur autre chose ? Et puis rappelons-nous cet homme qui a été innocenté 20 ans plus tard du meurtre crapuleux d’une infirmière à Calgary. Si on l’avait tué, on aurait dit quoi à sa famille ? Euh… désolé ?

Et puis, de savoir que ma vie peut tenir entre les mains d’un policier véreux amant de la fabrication de preuve, ça me donne froid dans le dos. Avez-vous déjà été au mauvais endroit au mauvais moment ? Vous êtes vous déjà fait faussement accusés de quelque chose en sachant pertinemment que vous n’aviez rien à vous reprocher ? Recréez les sentiments que vous avez ressenti à ces moments précis à la puissance 100 et vous aurez un aperçu de ce que peux ressentir un condamné à mort innocent.

Imaginez un instant que vous passer une soirée tranquille chez vous, seul, et que quelqu’un défonce la porte. C’est les policiers. On vous menotte, on vous amène en prison pour vous accuser du meurtre d’une copine que vous avez vu plus récemment dans la journée. Bien sûr, VOUS savez que vous ne l’avez pas tué mais personne ne vous croit.

Au procès, des gens que vous ne connaissez pas disent vous avoir vu partir de chez elle en trombe dans la soirée bien que vous ayez été chez-vous durant ce temps. Des policiers ont découvert de votre sperme sur les draps de la jeune femme, bien sur puisque vous jouiez au docteur quelque fois ensemble. Ils ont même trouvé un couteau maculé de sang dans votre container a déchets avec vos empreintes digitales dessus. Un couteau que vous n’avez manifestement jamais vu. Vous n’avez aucun alibi, les policiers cherchent un coupable et ils ont décidé que c’était vous. Vous êtes cuit. Vous savez fort bien que vous ne l’avez pas tué mais comment le prouvez ? Et surtout, qui s’en préoccupe ?

La peine de mort, a mes yeux, revient à faire subir un traitement a quelqu’un pour le punir d’avoir justement fait subir ce même traitement à quelqu’un d’autre. C’est comme si vous donniez une bonne raclée à votre jeune fils parce qu’il s’est battu avec un camarade de classe. Quelle leçon va-t-il en tirer ?

Le gros point qui joue définitivement en défaveur de la peine de mort est l’échec de son effet dissuasif. Il est prouvé que dans les États américains où la peine de mort est instituée, le taux de criminalité est en hausse et au même niveau que dans certains autres États qui n’ont pas légalisé la peine de mort. Alors qu’elle est la motivation première de ce châtiment si ce n’est celui de se donner bonne conscience.

S’il y a bien un domaine où il ne faut pas laisser les émotions l’emporter sur la raison, c’est bien la vie; la sienne et celle d’autrui. Si tout le monde appliquait cette façon d’agir, le débat sur la peine de mort n’aurait pas raison d’être.

h1

Récompenser les résultats et non l’effort

mardi, 20 septembre 2005

Un texte que j’ai écrit en mars 2004 suite à une récompense qu’offrait le magazine Sélection du Reader’s Digest aux étudiants les plus méritants. Je m’intéroggeais à savoir si un jour on allait récompenser l’effort et l’amélioration d’étudiants moins doués mais qui se démène pour réussir.

Souvent entendons-nous dire que les enfants d’aujourd’hui vivent dans un monde compétitif et que le marché du travail leur réserve un sort encore pire.

Que ce soit à l’école, dans les sports ou même au niveau de l’apparence physique, les jeunes sont poussés à être les meilleurs, un peu comme les Américains aiment bien le faire.

Veut-on vraiment imiter les États-Unis qui chérissent les gagnants et laissent pourrir ceux qui ont moins de chance ou moins de talent? Pour 5 % de la population qui réussit, on a tendance à oublier les 95% autres.

Pourquoi ne récompense-t-on jamais l’effort et seulement les résultats? Pourquoi donner des bourses d’études aux élèves les plus doués sans jamais vraiment se préoccuper des jeunes moins talentueux qui y mette deux fois plus d’effort?

En feuilletant une vieille édition du Sélection du Reader’s Digest de juin 2002, je suis tombé sur un encart qui se lisait comme suit :

ABONNEMENT D’HONNEUR

« Sélection offre aux écoles du Canada des abonnements d’honneur d’un an aux meilleurs élèves de français de la dernière année du secondaire. »

Je ne sais pas si c’est utopique mais j’ai hâte de lire une annonce qui ressemblerait à ceci :

« Nous offrons un abonnement d’un an aux élèves ayant démontré un effort soutenu et une détermination certaine dans l’amélioration de leurs résultats scolaires. »

Imaginez la joie d’un élève qui a fait passer ses résultats de mathématiques de 50% à 62% parce qu’il a travaillé d’arrache-pied pour obtenir la note de passage.

Imaginez la motivation que cet étudiant pourrait avoir en voyant que ses efforts sont reconnus sans égard aux résultats, seulement à l’énergie qu’il y a mis. Est-ce que ça serait possible que ce soit l’élément déclencheur pour ce jeune pour qu’il associe effort et résultat et que ça le motive à toujours travailler plus fort?

Est-ce que cet enfant finirait par comprendre, et accepter qu’il peut être fier de lui parce qu’il a donné tout ce qu’il pouvait même si ça signifie un 65% en anglais langue seconde, et qu’il va cesser de se dénigrer parce qu’il se croit bon à rien de ne pas pouvoir atteindre 90% de moyenne?

Le message qu’il comprendrait serait sûrement que tant qu’il va donner l’effort, il sera reconnu.

De toute manière, enlever un prix à un étudiant surdoué qui en a déjà plein son garde-robe pour le donner à un jeune pour qui ça va valoir tout l’or du monde.Pour moi, ça n’a pas de prix !

h1

BS Bashing

samedi, 17 septembre 2005

Cette chronique a été écrite en novembre 2003 alors que le Parti Libéral annonçait qu’il allait voulait faire des économies sur le dos des assités sociaux.

Encore une fois les plus démunis de la société sont pris à partie par le gouvernement du Québec.

Cette fois, l’ingénieux Ministre de la Solidarité sociale Claude Béchard vient de donner un dur coup aux gens qui en subissent plus qu’à leur tour, les assistés sociaux. Wow, ça c’est de la solidarité!

Les mères monoparentales, arrangez-vous. Maintenant vous devrez vous trouver une gardienne et être encore plus dans la dèche que lorsque vous étiez sur le BS et en plus, vous devrez aller travailler dans une entreprise qui, j’en suis sûr, ne profitera pas du fait que vous n’ayiez plus le choix.

Tout le monde sait que les entrepreneurs sont vertueux, surtout ceux qui embauchent de la main d’œuvre bon marché. Bien sûr qu’ils n’abuseront pas du nouveau pouvoir qui vient de leur être octroyé par le bon gouvernement.

Maintenant, c’est eux qui ont le gros bout du bâton pour établir les conditions de travail des employés peu scolarisés.

Le Parti Libéral n’a pas saisi que l’assistance sociale a perdu 200 000 « adeptes » grâce à l’effervescence de l’économie.

Mais pour que l’économie soit fleurissante, il faut innover, il faut être créatif, il faut trouver des moyens, investir, penser. C’est bien moins compliqué de «varger» sur les BS qui, anyway, sont tous des crosseurs!

J’espère que la population ne laissera pas passer cette mesure d’extrême droite qui va encore plus étrangler les moins bien nantis de la province au lieu de s’attaquer aux abris fiscaux des riches et aux généreuses subventions aux entreprises.

On va prendre l’argent des pauvres pour aider les riches à s’enrichir. On fait encore ça à l’an 2000 dans cette société si «évoluée».

Et ceux qui vont venir me parler du taux incroyables de fraudeurs, vous pouvez remballer votre rhétorique aussi vieillotte qu’idiote. C’est prouvé qu’un pourcentage minime fraude «réellement» l’aide sociale. Le gouvernement devrait trouver des moyens d’attraper les fraudeurs au lieu de punir tout le monde dont ceux qui en ont vraiment besoin.

Un système d’aide n’est jamais parfait. Et le prix à payer pour avoir une société civilisée est de vivre avec quelques hurluberlus qui profitent du système.

Mais dans le fond, qui est le pire? M.Gignac qui fraude le BS pour avoir 100$ de plus par mois ou M. Martin qui paye le moins d’impôt possible dans son pays pour en avoir le maximum dans ses poches ?

Un pays qu’il envisage de gouverner soit dit en passant. Ceux qui ont l’impression de se faire flouer par les «BS», j’ai une très bonne idée. Allez y donc sur l’aide sociale, passer un an sur ce « régime paradisique » et venez me dire ensuite si la vie est tellement belle sur le BS.

h1

L’impact du téléchargement de la musique sur internet

jeudi, 15 septembre 2005

J’ai écrit cette chronique il y a trois ans. Wilfred, qui venait de sortir son album (très plate au demeurant), pleurait a chaudes larmes durant une entrevue où il sentait que ceux qui téléchargeait sa musique sur internet le violait. Il sentait comme violé, littéralement.

Premièrement, pour te sentir violé, j’espère que tu ne compares pas ça à un vrai viol sauvage…

Mais bon :)

Alors voici le texte qui s’intitulait « Les larmes de Wilfred »

Je ne vous mens pas, quand j’ai vu Wilfred être ému aux larmes parce que les gens qui ont piratés son album le viole, j’ai presque désinstallé KaaZaa de mon ordinateur.

Non mais ça vraiment passé proche.Nous sommes tellement méchants nous, les gens qui téléchargeons des MP3 sur internet.

Non mais quel fléau.

Nous empêchons ainsi les multinationales de continuer à faire de l’argent sur notre dos et surtout sur le dos des artistes en vendant les albums à un prix exagérément élevé. Si la majorité des revenus allaient à l’artiste, je ne dis pas, mais présentement, c’est les magnats des maisons de disques qui empochent le magot.

Seulement voilà, les nouvelles technologies ont mis sur pied un gros problème pour l’industrie, les gens n’achètent plus les disques d’un artiste qui n’a rien de bon à offrir autre qu’une bonne chanson.

Nouvelle tendance ou juste retour du balancier ?

Mais peut on vraiment parler de nouvelle pratique ou n’est-ce pas simplement une pratique vieille comme le jour qui s’est modernisée ?

Auparavant, en tant qu’adolescents, vous achetiez un paquet de cinq cassettes audio vierges et vous vous postiez près de votre radio en attente de LA chanson que vous vouliez enregistrer.

Lorsque les systèmes de son ont offert deux lecteurs de cassettes, donc la possibilité de copier une cassette originale en partie ou en totalité, plusieurs gens se sont échangées les cassettes pour s’en faire des copies et ça c’est quand nous n’allions pas carrément louer des albums dans les bibliothèques municipales et procéder un même manège.

Lors des émissions spéciales de radio du style Top 100 de l’année, combien d’entre vous se sont armés, copie du palmarès en main, de cassettes pour enregistrer le tout ?

Ensuite, vinrent les disques sur support CD ROM qui ont permis d’enregistrer de CD à cassette.

Était-ce bien différent de ce qui se fait présentement mais à moindre volume ? C’est donc dire que le piratage de musique n’est pas né avec Internet mais ça existe depuis toujours.C’est quoi la solution alors ? Simple. Empêcher la copie des pistes audio des disques en fichier MP3.

Un peu comme les jeux vidéo qui sont maintenant difficilement copiables (sur CD du moins), l’industrie du disque devrait utiliser cette même technologie qui l’embête tant et la mettre à son avantage.

Mais pour se faire, il va falloir dépenser des sous et réduire un peu la marge de profits des bonzes aux gros cigares. C’est bien plus économique de culpabiliser la population et même les taxer sur leur accès internet comme le propose Guy A. Lepage et Jacques Primeau de l’ADISQ.

Pourquoi les compagnies payeraient pour ça alors que c’est toujours le client qui a assumé tous les frais depuis que l’on vend des disques dans le monde.

En tant que personne qui télécharge des MP3, voici un autre son de cloche. Jusqu’à maintenant, les MP3 m’ont permis de découvrir des artistes que je n’aurais sûrement pas connus sans cette technologie.

Les MP3 m’ont poussé à m’acheter des billets de spectacles pour des groupes que j’ai découvert sur internet. J’achète toujours le même nombre de disques que j’achetais auparavant sauf que maintenant, je suis plus précis dans mon achat. Je me fais moins avoir par un artiste qui n’a qu’une bonne chanson sur son album.

Je me fait un devoir moral d’acheter l’album quand l’artiste réussi à me faire aimer trois de ses chansons. Je ne suis certainement pas le seul, et c’est sans compter tous ces gens qui aiment avoir l’album en leur possession. Ça aussi, ça existe.

Vous voulez vraiment encourager Wilfred ? N’achetez pas son disque, allez plutôt le voir en spectacle, c’est là que ça devient payant pour lui. Du coup, il aura moins l’impression que vous le violez.

Ainsi, on pourra tous dormir tranquille en séchant nos larmes devant ce jeune homme qui a travaillé si fort pour se rendre là où il est. Ou plutôt, ce jeune homme qu’on a été chercher à sa porte, qu’on a modelé, formé, qu’on a enfoncé dans la gorge du public dans les journaux, les publications, les chaînes de télé de Quebecor (la fameuse convergence), qu’on a pris et qu’on a traîné dans un studio d’enregistrement pour lui faire faire un disque.

Et maintenant, on le pousse devant la caméra et on lui demande de pleurnicher ? Est-ce vraiment Wilfred qui pleure pour l’industrie ou c’est plutôt l’industrie qui se sert de Wilfred pour chialer ?

Moi, c’est dommage, mais j’ai beaucoup de difficulté à ressentir de la sympathie pour cette cause. Je ne sais pas, ça doit être parce que, à quelque part, il y a quelque chose qui sonne faux.

h1

Wagon blues !!!

mardi, 13 septembre 2005

Je prends le train de banlieue depuis maintenant 6 mois et j’y trouve déjà plusieurs défauts. Pourtant, il me semble que ça pourrait être si simple.

Premièrement, le stationnement incitatif qui est plein après 7h15 le matin. Alors les gens qui travaillent plus tard, oubliez ça prendre le train de banlieue. Ce n’est pas trop incitatif quand tu ne peux même pas te stationner. Moi c’est correct je me lève à 6h00, je suis là à 6h35 et j’ai du stationnement mais si tu as le malheur que ton cadran ne sonne pas, tu es pris.

Je me dis que si y a autant de voitures, c’est qu’il y a des gens qui viennent de plusieurs endroits donc il y a place à faire plus de gares dans les environs et ainsi diviser les places de stationnement.

Je ne sais pas si les nouvelles lignes de train prévue pour l’est de la rive-nord (Mascouche etc) vont désengorger la gare de Deux-Montagnes que je prends mais il faut trouver une solution. Il faut absolument que ce qui est incitatif le soit vraiment.

Deuxième chose, le train vers Deux-Montagnes, celui de 16h15 arrête à Pierrefonds… voulez vous bien m’expliquer ? Alors si comme moi, vous commencez à 7h45 et que vous finissez donc à 15h45 ou 16h00… vous devez attendre une demi-heure pour le train de 16h30 parce que celui de 16h15 ne vous mène pas jusqu’au bout. Y aurait-il moyen, en heure de pointe, d’ajouter des trains ?

Le matin et le soir, les gens se marchent presque dessus dans le train tellement c’est rempli. Quand même on pourra pas ajouter un autre train ou deux ? Donner une chance d’avoir un peu d’air ?

Ca fait longtemps qu’on parle du système de transport en commun déficient au Québec et le train de banlieue, bien que l’idée soit bonne, présente plusieurs ratées.

J’espère seulement qu’il y a une volonté de remédier à la situation.

À 100$ et plus la carte mensuelle, ça serait bienvenue !!!

h1

La mysoginie de Proulx

lundi, 12 septembre 2005

On pensait avoir tout entendu après que cette connasse d’avocate eue déclarée que la victime de Frédéric Dompierre, cet épais fini qui a violé une jeune femme de 14 ans la laissant pour morte, avait couru après son malheur.

Voilà que Gilles Proulx, en bon rétrograde de droite qu’il est, en rajoute en traitant la jeune femme de jeune cochonne et de petite vicieuse pour défendre les propos de l’avocate de Dompierre.

Ce n’est pas la première fois que ce mysogine-batteur de femmes fait des siennes en jetant son fiel sur tout ce qui a des seins.

Incapable de travailler avec des femmes ou à tout le moins qu’une femme soit son égal (on a qu’a penser à Varda dans l’émission qu’elle coanimait avec ce fou furieux), on qu’à penser à ses nombreuses frasques de violence conjugale et ses commentaires sexistes tout aussi épais les uns que les autres.

Proulx est un homme cultivé mais d’une intelligence beaucoup moindre que ce qu’il veut bien laisser paraître. Il est mal éduqué et en plus il a le jugement d’un pony trisomique. Ses imitations ratées qu’il fait avec sa voix aigue ne font que contribuer à le rendre encore plus crétin que ses cheveux en brousaille qu’il arbore depuis 130ans.

Mais au nom des cotes d’écoute, les « eunuques » (pour reprendre la marotte de Proulx) dirigeants de TQS vont sûrement dire qu’il n’y a rien là et au plus ils donneront une petite tape sur les doigts de cet idiot.

On a sans relâche tapé sur le clou « Jeff Filion » avec raison mais elle est où la différence entre Filion et Proulx ? La différence n’est pas tellement notable au niveau du propos. Mais à la différence de ce que disait Filion, tout le monde se crisse pas mal de ce qui dit Proulx.

C’est déjà ça de rassurant.