Archive for novembre 2005

h1

Boisclair a la tête du PQ

mercredi, 16 novembre 2005

André Boisclair a été élu chef du Parti québécois. C’est bien, j’aurais personnellement été décu de voir quelqu’un de la vieille garde comme Pauline Marois continuer de véhiculer les idées dépassées des années 70.

La seule chose désolante dans le cas de Boisclair c’est qu’on va parler de cocaine comme jamais. Si les « alliés » de Boisclair n’ont pas hésité à s’en servir pour lui enlever du crédit, imaginez ce que ses opposants vont se permettre. Et comment les gens du PQ vont faire pour le défendre quand les libéraux vont reprendre exactement les mêmes arguments qu’eux ? Ca va être beau.

Le problème aussi c’est que le débat ne se fera pas au niveau des idées mais plutôt à savoir quand Boisclair a-t-il sniffé ? Avec qui ? Qui lui a vendu ? On s’en fout mais ça semble beaucoup intéresser la populace.

Combien de personnes influentes ont déjà pris de la coke sans en parler ? Pas mal plus qu’on pense. Mais lui l’a avoué et il se fait royalement rentrer dedans.

On est rendu à combien de jokes de ligne la ? Il suit la ligne du parti, la ligne du parti sera clair avec Boisclair… etc. ?? 108 ?? 345 ?? Un peu d’imagination.

En plus, il est gai. C’est pas croyable comment ce gars-là, s’il fait une bonne job, comment il va faire évoluer les mentalités.

Par contre, s’il se plante, on va se complaire dans nos vieilles idées et nos vieilles rengaines.

Ha oui, un petit mot pour les fans de l’acte criminel… fumer du pot c’est criminel aussi et personne ne crucifie Charest et les autres ministres qui ont fait la même chose. Il ne l’ont pas acheté d’un jeune scout non plus.

Mais bon, parait que c’est juste Boisclair qui a pris de la drogue la-dedans. Les autres n’ont probablement pas inhalé.

h1

La folie furieuse

lundi, 14 novembre 2005

Ça faisait longtemps que je n’avais pas assisté à un match de hockey junior. Je me suis donc fait plaisir samedi dernier en allant voir ceux que l’on surnomme les diables rouges, les Remparts de Québec de l’entraîneur chef Patrick Roy

Trois choses m’amenaient à aller voir ce match : Angelo Esposito, le surdoué des Rempart qui a présentement plus de points que Sydney Crosby au même âge (faut dire que Crosby ne jouait pas pour une équipe aussi talentueuse que les Remparts à sa première année avec l’Océanic), Patrick Roy et Guillaume Latendresse des Voltigeurs de Drummondville, la future super étoile du Canadien de Montréal. Ou du moins, on espère qu’il deviendra la prochaine étoile québécoise à jouer avec le tricolore.

Avouons d’emblée que je n’ai pas été choyé. Le match a été plate au possible notamment à cause que les Voltigeurs ont tellement de joueurs blessés que la Croix-Rouge devrait penser à intervenir. Le meilleur marqueur de l’équipe, Derrick Brassard, n’était pas là tout comme le défenseur numéro 1 de l’équipe dont le nom m’échappe. Même Latendresse jouait en dépit d’une blessure à la cuisse suite à un claquage.

En plus, présentement la première unité offensive des Remparts est au ralenti ce qui fait que les meilleurs joueurs n’ont pas été Alexander Radulov et Angelo Esposito mais bien la ligne de Simon Courcelles avec Mathieu Melançon en tête.

Le match s’est terminé 5-1 pour l’équipe de Québec dans un match à sens unique malgré le total des tirs au but qui démontrait un match plus serré.

Tout ça pour dire que je n’ai pas vu grand chose de Latendresse a part une percée du coin de la patinoire en troisième période.

Angelo Esposito patine bien, je crois qu’il a débuté dans le patin artistique et honnêtement, ça parait un peu dans sa façon de patiner. Le corps bien droit, des petites enjambées puissantes. Il joue la tête haute et à de bonnes mains. Le jeune est un naturel.

Et Patrick Roy derrière le banc… dur de commenter. J’ai remarqué qu’il a enguirlandé un peu son joueur étoile Radulov car il ne patinait pas avec force en repli défensif. Mais a part ça pas grand-chose.

Par contre, le hockey à Québec, c’est du sérieux. Il fallait voir ces 3-4 partisans hystériques engueuler les joueurs des Voltigeurs au sujet de tout et de rien.

Entendre les partisans huer l’arbitre qui n’a pas donné de punition sur une mise en échec tout à fait légal d’un voltigeur sur un rempart.

Même des supposés partisans des Remparts passer un commentaire sarcastique sur une passe manquée d’Esposito : « Hey ça c’est une belle passe Esposito, moi être pourri c’est comme toi j’aimerais être » pour ensuite s’esclaffer comme des demeurés.

Mais le pire, celui qui remporte la palme, c’est un partisan d’environ 5’6, fin vingtaine, affublé du chandail avec le numéro 7 de Esposito qui postillonnais toute sorte d’insultes aux joueurs et entraîneurs des Voltigeurs. Vraiment un exemple à suivre.
Cet imbécile heureux était rouge écarlate à chaque fois qu’il se levait de son siège pour enguirlander les joueurs de l’autre équipe. Pathétique.

Deux fois il est descendu près du banc des Voltigeurs pour aller « varger » dans la vitre et les deux fois les policiers sont venus lui demander de se rasseoir.

Quand les Remparts ont marqué le 5e but, il fallait voir l’énergumène descendre en brandissant le chandail des Remparts à côté du banc de l’équipe adverse qui s’en foutait éperdument.

Sérieusement, y a des gens qui n’ont rien à foutre.

J’ai vu plusieurs matchs des Rockets lorsqu’ils étaient à Montréal et je n’ai jamais vu rien d’aussi ridicule. J’espère, gens de Québec, qu’il s’agissait d’exceptions et que ce n’est pas représentatif de votre caractère sportif.

Si c’est le cas, même les américains auraient honte de votre comportement. Et comme chauvins, les américains sont assez durs à battre.