Archive for janvier 2006

h1

Jeune con

jeudi, 26 janvier 2006

Je dois avouer d’entrée de jeu que j’ai travaillé de nuit dans un dépanneur jadis. Dans mon jeune temps.

Alors je sais c’est quoi des fois, ne pas feeler safe devant un client aggressif à 3h30 am. Et je mesure 6 pieds et plutôt costaud (même à cette époque). J’imagine une fille de 17 ans.

D’ailleurs je ne comprends pas qu’on puisse laisser une jeune fille travailler seule dans un commerce la nuit. Mais dans un garage comme Shell avec la guérite et l’accès limité aux clients, c’est moins pire.

Sauf que la jeune fille a ouvert la porte à son assassin. C’est donc dire qu’elle le connaissait.

Cet imbécile heureux, ce lâche en a profité pour la poignarder. Il s’est probablement cru dans un film d’action. Il s’est probablement cru infaillible. Après tout, il a pris la cassette vidéo non ?

Mais le crétin est resté la un certain temps et à même servi un client. Trop stupide pour s’en aller avec le butin.

Un client l’a reconnu, et là on sait c’est qui. Bravo wise guy.

En plus d’être un lâche et un raté, t’es un taré !! Oui les lettres sont les mêmes tu ne rêves pas. Mais les deux mots te décrive bien.

C’est ca qui est triste dans la société. Tu peux être la meilleure personne du monde, tu peux prendre ta vie en main, faire des études, te donner à fond dans des oeuvres caritatives, tu peux quand même te faire tuer par un connard qui a l’intelligence d’un hamster trisomique.

Pas de justice !

Publicités
h1

Conservons les conservateurs !!!

mercredi, 25 janvier 2006

Libérez-nous des libéraux ont dit Loco Locas. Est-ce que on va dire Conservons les Conservateurs ?

Il faudrait pour ça que les conservateurs avec Stephen Harper en tête réussisse à plaire autant a l’Ouest (traditionnellement à droite) et l’Est (traditionnellement à gauche). Pas une mince tâche.

Avouons par contre qu’ils ne peuvent pas faire pire que les Libéraux. D’ailleurs, ces derniers m’ont fait réaliser qu’on devrait peut-être faire comme les américains et exiger le départ du premier ministre après deux mandats. Quoi que si les américains ne faisaient pas ça, probablement que Bush ne serait pas à la tête du pays. Anyway….

Alors Harper a fait plusieurs promesses qui semblent être très intéressantes. Par contre va-t-il les réaliser ? C’est la grosse question. Ce qui me fait penser à autre chose. Il devrait y avoir une commission où les promesses des gouvernements soient colligées et ils devraient les réaliser sous peine d’amendes. Me semble que ça éviterait la bullshit et ca nous permettrait de voter sur les vraies affaires.

Une telle mesure aurait mis à feu et à sang le parti Libéral du Québec !!!

J’ai hâte de voir ce que les conservateurs vont faire. Je ne me considère ni de la droite, ni de la gauche mais disons que j’ai des tendances plus socialistes qu’autre chose. Donc je ne suis pas naturellement attiré par les conservateurs.

Si Harper veut nous servir du G.W Bush à la sauce canadienne, alors ça va aller très mal. Si Harper est honnête dans sa quête de faire du Canada un meilleur pays et d’inclure le Québec comme il le laissait entendre. Ça aura été un très bon choix et il gouvernera probablement le pays dans 3 ans, cette fois en tant que gouvernement majoritaire.

Espérons qu’il ne fera pas la même erreur que Paul Martin, c’est à dire de gouverner un pays comme s’il était majoritaire alors qu’en fait, il a été élu comme gouvernement minoritaire. Espérons qu’il aura la sagesse de ne pas être aussi arrogant et stupide que son prédecesseur.

h1

La supériorité francaise

mercredi, 18 janvier 2006

C’est cyclique. Quand ce n’est pas Thierry Ardisson, c’est d’autres « notables » français qui se permettent de casser du sucre sur la façon dont les québécois parlent français. Cette fois-ci, le secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie française, Maurice Druon, se permet de rire de la façon dont la langue de Molière est parlée ici.

Ça me fait toujours bien rigoler d’entendre Ardisson, traité d’imbécile par plusieurs de ses congénères, rire du parler québécois. Je ris encore après avoir lu Druon parce que la suffisance, moi, ça me fait tordre de rire !!!

S’auto-proclamer les maîtres de la langue française, déjà, ca fait pédant. Mais de se permettre de rabaisser un peuple pour se remonter soi-même, ça démontre un vide intellectuel assez criant.

Monsieur Druon peut dire ce qu’il veut dans le fond. Qui s’en préoccupe ? Le français est parlé différemment dans toutes les nations où il est parlé et c’est ce qui fait la spécifité de la langue. Remarquez que c’est la même chose pour l’anglais, l’espagnol et l’ensemble des autres langues.

C’est tout a fait normal. L’évolution de la langue est tributaire du peuple qui la parle. C’est clair. Malgré tout, il se trouve des Ardisson et des Druon pour discréditer le francais parlé par un autre peuple que le leur.

Ardisson, on s’y attends. Il joue au con. Mais Druon ?

C’est peut-être le fait que la France est incapable de produire des chanteurs de talent ces dernières années ce qui fait que le Québec est obligé d’aller les dépanner pour qu’ils ne se suicident pas en écoutant Renaud débiter ses conneries en faisant semblant qu’il sait chanter. C’est peut-être aussi le fait que l’industrie cinématographique francaise est en chute libre de popularité au détriment des films américains alors que le cinéma québécois n’a jamais été aussi inspiré et aussi populaire, battant même le cinéma américain en terme d’accès au box office.

Mais ce qui me fait surtout rire de Druon c’est quand il parle de la qualité de la langue française comparativement à la langue québécoise. Assoyez-vous 10 minutes avec une revue française et une revue québécoise et comparez les niveaux de langage. Vous allez être surpris à quel point au Québec, le respect de la langue est sacré comparativement à nos cousins.

Ensuite, amusez-vous a compter le nombre d’anglicismes dans les publications francaises. Pour un « stationnement » dans une publication québécoise, il y a combien de « parking » dans les magazines francais ? Pour un « monde du spectacle » au Québec, il y a combien de « showbusiness » en France ? Pour un « magasinage » québécois, il y a combien de « shopping » français ?

Bien sûr au Québec, on parle québécois comme en Suisse parlent le suisse et en Belgique on parle le belge. Sur quelle base compare-t-on qui parle le mieux le français ? Il y a pas vraiment moyen de savoir car bien parler français c’est d’utiliser les règles grammaticales correctement et utiliser un vocabulaire riche dans les moments opportuns. Et ça, toutes les nations de la francophonie peuvent le faire n’en déplaise à monsieur Druon.

J’imagine que monsieur Druon trouve que dire « ma meuf » pour désigner sa copine est mieux que de dire « ma blonde » au Québec. Question de goût.

Pour sa part, le secrétaire honiraire s’est complètement fourvoyé dans son exposé en s’étouffant dans une suffisance crasse qui caractérise, malheureusement, beaucoup de ses cons citoyens.

PS: cons citoyens est un jeu de mot monsieur Druon, vous savez ce que c’est n’est-ce pas ?

h1

La folie Brokeback Mountain

vendredi, 13 janvier 2006

J’ai parfois l’étrange impression qu’une certaine élite dicte ce qui est supposément « in » ou ce qui ne l’est pas dans le monde des arts.

Le dernier exemple pour moi est tout la folie qui entoure le film Brokeback Mountain de Ang Lee. Je suis un amateur de cinéma et j’ai un goût varié. Non je n’aime pas juste les films d’actions avec des explosions, c’est loin d’être mon premier choix de toute manière. J’aime les films intelligents qui racontent une belle histoire ou qui éveille en nous une émotion particulière.

Un film peut aussi simplement divertir. Le divertissement est propre à chacun. Mais c’est rare que je vais lire un critique de cinéma faire une bonne critique sur une comédie de premier niveau même si la salle, elle, s’est tordue de rire tout le long de la représentation.

Je n’irai pas par quatre chemins. Brokeback Mountain est un film ennuyant au possible. L’histoire est banale. Bien sûr les deux cowboys homosexuels sortent de l’imaginaire mais à part ca, y a quoi ? Rien.

Je n’ai jamais cru en l’attirance des deux gars l’un envers l’autre. Je n’ai pas cru a l’histoire d’amour entre les deux, le courant ne passait pas. Au pire, ils ont baisé ensemble comme le feraient deux prisonniers hétéros qui n’en peuvent plus de se masturber et qui sont prêts à passer par dessus leurs scrupules pour un peu de chaleur humaine. Mais de l’amour ?

Même quand le personnage de Heath Ledger sort de son appartement en souriant pour aller rejoindre son « amant » venu lui rendre visite on y croit pas. Encore moins quand Ledger entraine Gyllenhal (l’autre personnage) à l’écart pour l’embrasser a bouche que veux-tu. C’était aussi innattendu qu’un Michel Louvain qui se mettrait à chanter du Marilyn Manson. Ca n’avait rien de naturel.

Bien sur Ledger dans son rôle de cowboy taciturne qui n’articule pas est pas mal. Ben oui Jake Gyllenhal s’en tire bien, mais j’ai de loin préféré son rôle dans Jarhead. Les images sont superbes, les paysages a couper le souffle.

Le problème c’est que ce n’est pas une carte postale que j’étais allé voir mais un film supposément incroyable racontant une histoire d’amour.

J’ai plutôt assisté à un film ennuyant qui s’éternisait et qui n’a jamais réussi à éveiller en moins un soupçon d’émotion autre que celle de vouloir sacrer mon camp au plus vite.

Dire que ca va gagner plein d’Oscars.

Les critiques vont tellement réussir a nous dire que c’était bon qu’on va finir par le croire.

C’est un peu comme les magazines et les médias culturels qui nous rentrent de force dans la gorge des inpeties comem Garou est un sex symbol. Les matantes finissent par le croire.

Comme quoi on peut vous faire avaler n’importe quelle connerie :)